LE DOUBRE Guillaume Julien

Catégorie: Portraits
Année : 1691

 

*P.248

Âge du modèle : 36 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1691 pour 117 livres et 10 sols (ms. 624, f° 7, rajout de Hulst : « M[onsieur] le Doubre »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 27, 28 [Guillaume Julien Le Doubre] ; Perreau, cat. *P.248, p. 93 [reprise de la proposition de Roman] ; James-Sarazin, 2016, II, cat. *P.249, p. 90 [idem avec la date de naissance en 1656].

Copies et travaux :

  • 1691 : « Coppie de Mons[ieu]r Le Douvre » pour 58 livres et 15 sols (ms. 624, f°7).

Guillaume-Julien Le Doubre (1655-1735), était seigneur de Vaugrigneuse, conseiller du roi, maître de la Chambre des comptes de Paris (31 mars 1685). Son fils, Jean-Gabriel, devenu directeur de l’hôpital général depuis 1733, fut également reçu à la même chambre en survivance, le 7 février 1725. Guilaume-Julien mourut le 29 septembre 1735, âgé de 80 ans, veuf depuis le 5 septembre 1708 de Marie-Geneviève Langlois, qu’il avait épousée en septembre 1691 (elle était déjà veuve de Léonard Renard, seigneur de Clerbourg, contrôleur général du Marc d’or des Ordres du Roy, mort le 10 octobre 1686).

Nous avons retrouvé en 2017 la trace de Le Doubre sur l'acte de tution inédit, passé au Châtelet de Paris le 16 novembre 1718, de Marie-Anne Madeleine et Angélique Marguerite de Jassaud, filles mineure de André Nicolas de Jassaud (1657-1717) et de Marie-Anne Madeleine Coustard (Y 4303). Le Doubre figure parmi les témoins en tant que « conseiller du roi en ses conseils, maître ordinaire en sa chambre des comptes, demeurant à Paris, quai Malaquais, paroisse Saint Sulpice, oncle maternel ». Il était donc à Claude II de Berny, marchand drapier et bourgeois de Paris puisque ce dernier avait épousé en 1667 Marie Coustard. Le Doubre fut en outre l'un des témoins de moralité du frère de Claude de Berny, Étienne (1643-1933), probablement peint par Rigaud en 1695 alors qu'il vient d'acheter sa charge  de secrétaire du roi.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan