signature Rigaud

Catalogue raisonné
de l’œuvre
par Stéphan Perreau

Hyacinthe Rigaud (1659-1743), portraitiste du Grand Siècle

UN PREMIER CATALOGUE RAISONNÉ EN LIGNE

Bienvenus sur le premier site numérique entièrement dévolu au peintre Hyacinthe Rigaud. Outil simple et pratique, il propose l'ensemble des productions peintes, dessinées et gravées par et d'après l'artiste. Ordonné de manière scientifique et à jour des dernières récouvertes, il reprend notre catalogue raisonné, entamé il y a plus de vingt ans, et publié en partie en 2013 sous forme d'un catalogue concis (Sète, Les nouvelles presses du Languedoc).  

Ce travail de longue haleine avait été précédé en 2004 par une monographie que nous avions voulue entièrement consacrée à l'artiste, réunissant à cette occasion, et pour la première fois, plus de 200 de ses chefs-d’œuvre, reproduits en couleur. Pour compléter ces publications, nous avons ouvert en 2010 un blog d'actualité en ligne destiné à favoriser les échanges entre collectionneurs, experts ou chercheurs. Le succès remporté par ce type de format dans la diffusion de la connaissance du peintre imposait comme suite logique le premier catalogue raisonné en ligne de l'œuvre de Hyacinthe Rigaud. 

HYACINTHE RIGAUD, CE GRAND INCONNU

Avec près de 1500 portraits originaux et plus de 600 copies référencés dans des livres de comptes manuscrits, publiés dès 1919 par Joseph Roman, l’Œuvre du portraitiste est un ensemble encore méconnu dont on commence à peine à cerner les contours.

« Premier peintre de l'Europe pour la ressemblance des hommes et pour une peinture forte et durable » selon Saint Simon, Rigaud donna pour ainsi dire vie à la galerie littéraire du mémorialiste. Courtisé jusqu’à sa mort par tout ce que la France et les cours continentales comptaient de princes, de ministres, d’ecclésiastiques et de bourgeois plus ou moins fortunés, il devint ainsi avec le temps un indéniable « peintre des rois ». Cette image, justifiée mais non exclusive, ne doit pourtant pas faire oublier le peintre sensible, celui de l'âme humaine par prédilection. Peintre de la nature, ce « bègue coquin de Rigaud » (comme le surnommait le poète Prior), chantait dans la plus parfaite perfection et cultivait de multiples amitiés dont son catalogue est encore le témoin. 

Homme aimable, fidèle à sa famille, recherché mais peu courtisan, Catalan de cœur et de sang, il avait mis toute son énergie à « parvenir » par son propre mérite. Noble citoyen de Perpignan, chevalier de l'ordre de Saint Michel, Rigaud fut aussi un grand professeur : à l'Académie Royale, mais surtout dans son atelier où son rôle formateur et l'impact de son style sur ses contemporains font aujourd'hui l'unanimité. 

Véritable « marque » dans le sens moderne du terme, l'excellence de la peinture de Rigaud fut unanimement reconnue. Débordé de travail, l'artiste délégua donc énormément, laissant à quelques aides de confiance le soin d'intervenir sur de très nombreuses créations originales. Certains artistes furent même autorisés à reprendre à leur compte des prototypes du maître, créant ainsi la confusion chez les chercheurs et les historiens. Aussi, par la méconnaissance du corpus de ces artistes, par souci du seul prestige de Rigaud, ou par vague analogie avec son style, on donna parfois à son pinceau des œuvres pourtant bien éloignées de sa manière. Chaque jour apportant encore son lot de « nouveaux Rigaud », un support numérique réactif s'imposait.   

UN OUTIL NÉCESSAIRE

L’ouverture régulière des archives privées et publiques, leur étude par de nouveaux chercheurs et la mise à disposition sur Internet des sources primaires sous format numérique, font aujourd'hui constamment évoluer le catalogue des œuvres du peintre, ainsi que la biographie de ses modèles. De telles découvertes permettent ainsi aux historiens de se remettre sans cesse en question, confirmant ou infirmant leurs hypothèses. Des restaurations inédites participent à une nouvelle perception de certaines œuvres, de leur histoire ou de leur génèse. Le but de ce site est donc de réunir ces nouvelles données pour permettre à tous de trouver en un seul endroit l'ensemble des données liées à l'artiste. 

Après vous être inscrit gratuitement pour la partie catalogue, vous pourrez y trouver tous les tableaux, figures et modèles peints par Rigaud tout au long de sa carrière. Grâce à une recherche multicritères, vous évoluerez au sein de différents univers propres au catalogue raisonné (portraits, gravures et dessins), et au sein desquels un ordre chronologique de création est respecté. Chaque notice propose également le référencement d'une majorité de copies, réalisées officiellement ou non par l’atelier de Rigaud.

Ce site contient enfin plusieurs rubriques généralistes ayant trait à la biographie, la bibliographie et l’histoire de l'artiste et de son atelier.  

Que Rigaud ait tenu tout au long de sa vie des livres de comptes, bornant ainsi son catalogue, est à la fois une chance et un handicap. Le lecteur verra ainsi que de trop nombreux portraits attendent encore leur illustration. Modèles identifiés ou inconnus, productions attestées mais « perdues », œuvres conservées mais non listées dans les comptes : autant de cas particuliers qui font de l'Œuvre de Rigaud un sujet inépuisable. 

Notre site se voulant également, et à terme, une base de donnée la plus complète possible sur la biographie des modèles de l'artiste, n’hésitez pas à me contacter afin d’enrichir de manière collaborative et précise ce premier catalogue raisonné des œuvres d'Hyacinthe Rigaud.

Stéphan Perreau

 

Actualités en direct du blog

Un nouvel opus inédit d'Éloy Fontaine, élève de Rigaud

Éloy Fontaine, portrait de femme. Paris, commerce d'art © photo galerie Wladimir Sokoloff Peu à peu, l'art développé par les aides d'Hyacinthe Rigaud après leur passage dans l'atelier du maître se redécouvre.  Après Bailleul, Monmorency, Hubert Descours, La Penaye ou Leprieur, c'est au tour de l'amiénois Éloy Fontaine, venu à Paris pour apprendre auprès du portraitiste. De 1701 à 1705, Fontaine fut un collaborateur assidu. Si l'on appréhende désormais...

Mademoiselle Pitel, fille secrète du Grand Dauphin par Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud, portrait de Mademoiselle de Fleury (détail), 1715. Paris, coll. part © Stephan Perreau « Le Dauphin a de la comédienne une bâtarde qu’il n’a pas reconnue. C’est maintenant une fille de dix-sept ou dix-huit ans, belle comme un ange de corps et de visage [...]. Elle se fait appeler Mlle de Fleury, parce qu’il y a dans le parc de Meudon un village qui porte ce nom. Dieu...

La jeune « Flore » de la vente Leclere ou l’illusion de Jean Ranc

Ecole française du XVIIIe siècle, portrait de jeune femme. Paris, coll. Privée © Leclere svv. On le sait, mettre en lumière le style d’un artiste peu ou mal connu du fait de la rareté de ses productions n’est pas chose aisée. Comme nous avons eu l’occasion de le réaffirmer à plusieurs reprises[1], et malgré des publications fondamentales sur sa carrière à Madrid[2], Jean Ranc (1674-1735) a ainsi longtemps pâti...

Le portrait inédit de l'abbé de Pomponne par Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud et Charles Viennot, portrait de l'abbé de Pomponne, 1700 (détail). Chartres, commerce d'art © d.r.  Inédit sous le nom de son modèle jusqu'à la date de sa mise en vente[1], le portrait d'Henri-Charles Arnauld de Pomponne (1669-1756), fut peint par Rigaud dans un format classique inspiré de modèles déjà éprouvés. Payé 150 livres[2], soit un buste, sa réapparition sur le marché de l’art[3] comble heureusement ainsi un...
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / service photo ville de Perpignan