ÉTUDE CUIRASSE

Année : 1695

 

P.453

Huile sur toile marouflée sur carton
H. 47,5 ; L. 19,5.
France, Collection particulière.

Historique :

Peint vers 1695 ; IAD Rigaud, n° 106 à 113 ; ancienne collection Gombert ; vente Paris, hôtel Drouot, 25 avril 1990, lot 169 ; vente Paris, Hôtel George V, Tajan, 12 juin 1995, lot 72 ; coll. Van Riel.

Bibliographie :

James, 1995, n°247, fig. 494 ; James-Sarazin, 2003, cat. V, n°5 ; Perreau, 2013, cat. P.453, p. 120-121 ; James-Sarazin, 2016, II, cat. E.6, p. 641.

Nous retrouvons ici deux vues d'une cuirasse (plastron et dossière) qui répond à l'autre étude d'éléments d'une armure conservée dans la même collection particulière [P.452]. L’inventaire après décès de l’artiste mentionne, au numéro 325, comme légué à Hyacinthe Collin de Vermont, « une Cuirasse de fer battu a froid avec ses brassards et son casque servant aussy à l’usage de la peinture, prisée la somme de vingt livres ». On retrouve ces accessoires dans la vente du filleul de Rigaud en 1771, sous le n° 20 du chapitre des modèles et figures : « Cinq pièces d’Armures de fer battu avec boutons et attaches de cuivre, savoir deux morceaux de Cuirasses devant et derrière, un Casque ou Heaume à charnière, et deux épaulettes, aussi à charnière » (p. 22). Le même catalogue atteste également, sous les numéros 106 à 113, « Huit toiles de 20. qui sont, Etudes de cuirasses, armures et draperies, peintes par Monsieur Rigaud » (p. 13).

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan