LÉONARD Frédéric

Catégorie: Gravures
Année : 1689

*P.151-2

Gravure par Gérard Édelinck en 1689 (ou 1690 selon Hulst : « la figure jusqu’aux genoux comme dans le tableau […] ») d'après Rigaud.

Sous le trait carré la lettre suivante : « Fredericus Léonard Bruxellensis, Regis, Serenissimi Delphini / Et Cleri Gallicani Architypographus, Aet. LX VI anno MDCLXXXIX ».

En bas du cadre : « Hiacinthus Rigaud pinxit / Gerardus Édelinck Sculp. Cum Privil. Regis ».

Bibliographie :

Hulst/2, p. 149 ; Hulst/3, p. 171 ; Paignon-Dijonval, 1810, n° 7608, p. 265 ; Werdet, 1864, IV, p. 215-217 ; Guiffrey, 1869, p. 41 ; Roman, 1919, p. 16, 28 ; Gallenkamp, 1956, p. 313, 317 ; Weigert, IV, 1961, n° 119, p. 32 ; Perreau, 2004, p. 188 ; Brême & Lanoe, 2013, p. 81 Perreau, 2013, cat. *P.151, p. 79-80.

Œuvres en rapport :

  • 3. Gravé en buste par Cornelis Martinus Vermeulen en 1693 (en 1689 d’après Hulst : « Gravé de nouveau, quant à la tête seulement, mais en buste composé et drapé exprès par M. Rigaud pour l’encadrement qui l’entoure »), H. 20,1 ; L. 14,3. Dans l’ovale de pierre : « FREDERICUS LEONARD BRUXELLENSIS, REGIS, SERENISSIMI DELPHINI ET CLERI GALLICANI ARCHITYPOGRAPHUS, AET. LX VI ANNO MDCLXXXIX ». Sous le trait carré : « Hiacinth. Rigaud pinxit / Cornelis Martinus Vermeulen sculpsit ». Hulst, dans son catalogue des œuvres gravées d’après Rigaud précise : « Buste sans mains, dont la tête seule d’après le tableau qui a servi à faire l’estampe qui précède ; l’attitude de ce buste ayant été composée et drapée exprès par Rigaud pour l’ouverture ovale qui la renferme. L’estampe de la grandeur d’un in-4°. »
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan