ENFANT EN APOLLON

Catégorie: Peinture d'histoire
Année : 1703

 

P.781b

Huile sur toile
H. 98 ; L. 81.
Collection privée

Historique :

Peint vers 1703, probablement de manière consécutive de l'Amour tenant une flèche ; Inventaire après décès de Rigaud, 1744, n° 391 [« Item un tableau représentant un enfant en apollon dans sa bordure dorée numéroté cent trente trois, prisé la somme de vingt livres, cy. »] ; collection Duché ; sa vente Montpellier, 9 février 1802, lot. 39.

Bibliographie : 

Catalogue raisonné d’une belle collection de tableaux des différents maitres de trois écoles, dessins montés, figure en marbre, bronze, terre-cuite et autres objets de curiosités, provenant de la succession de feu J[en]. J[acques]. M[arie]. X[avier] Duché, Montpellier, G. Izar et A. Ricard, 9 février 1802 et jours suivants ; Edité par Benjamin Perronet et Burton B. Frederickse, Répertoire des tableaux vendus en France au XIXe siècle, 1801-1810, tome 1, A-N, Getty information institut, 1998, n°35, p. 15.

Par le biais d'un généalogiste, il ne nous a été communiqué que très récemment, l'image en noir et blanc de l'enfant en apollon que l'on pourrait lier à la toile vendue par les commissaires priseurs G. Izar et A. Ricard à la vente Duché de 1802 à Montpellier et que nous avions relevé lors de nos recherches à la bibliothèque municipale de cette ville. Le tableau était décrit comme « portrait de Louis XV enfant tenant une lyre à la main. Ce tableau est d'une belle fermeté de pinceau et d'un bon ton de couleur. Sur toile. 3 pieds, largeur 2 pieds 6 pouc. » Par son thème, il peut aisément dépasser le simple portrait et rejoindre le domaine de la peinture d'histoire. Rigaud se positionnait ainsi sur le même plan que son ami Nicolas de Largillierre qui, dans un thème voisin, figura sous les traits d'un jeune cupidon, le deuxième vicomte de Bateman (collection du Haggerty Museum of Art, Marquette University) ou cet autre enfant, profitant dans cette seconde composition, d'évoquer une vaste allégorie des arts.

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan