AMOUR TENANT UNE FLECHE

Catégorie: Peinture d'histoire
Année : 1703

 

*P.781

Huile sur toile.
Dimensions inconnues.
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Coll. Rigaud, 1703, [« coppies de ma main des tableaux des grands maîtres […] un amour tenant une flèche » estimé 200 livres] ; coll. Collin de Vermont ; sa vente, 14 novembre 1761, n° 40 [« Tableau sur toile de 15, bordure dorée : l’Amour tenant une flèche, Original de M. Rigaud », 18 livres 7s] ; adjugé à Blondel de Gagny [absent du catalogue de sa vente après décès, décembre 1776]).

Bibliographie :

Guiffrey, 1891, p. 64 ; James-Sarazin, 2009/2, p. 53, 84, 136 ; Perreau, 2013, cat. *P.781, p. 174.

Il s’agit peut-être ici de l’Enfant nu évoqué par Dezallier d’Argenville en 1745 : « Quant il vouloit aller vite, il peignoit une tête en deux heures de tems ; c’est ainsi qu’il a fait le portrait de son beau-père, et un enfant nu, qui est aussi beau que s’il étoit de Vandyck. » L’œuvre n’est pas décrite par Rigaud comme l’un de ses originaux en 1703. Le catalogue de la vente Collin de Vermont la lui réattribue.

Selon James-Sarazin « la toile originale dont se serait inspiré Rigaud correspond sans doute au portrait présumé en Amour du petit duc d’Hamilton, huile sur toile, H 127 ; L. 92 cm, Dusseldorf, Kunstmusem der Stadt ». Certains dissocient l’Enfant en apollon de l’Amour tenant une flèche (ou Cupidon).

Localisation de l´œuvre :

Localisation actuelle inconnue

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan