CAÏN BÂTISSANT LA VILLE D'ENOCH

Catégorie: Peinture d'histoire
Année : 1682

 

*P.40

Huile sur toile
Dimensions inconnues
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Peint en 1682 (Prix de Rome).

Bibliographie :

Rigaud, 1716, p. 115 ; Hulst/1, p. 130 ; Dezallier d’Argenville, 1745, p. 311 ; Montaiglon, 1875-1892, II [1682], p. 228 ; Gallenkamp, 1956, p. 22 ; Colomer, 1973, p. 16 ; Perreau, 2004, p. 32, 50 ; Perreau, 2013, cat. *P.40, p. 66-67.

C'est avec un extrait du livre de la Genèse que Rigaud remporta le premier prix de Rome du 5 octobre 1682 avec une médaille d’or de 200 livres. Le sujet, malheureusement perdu et non illustré mettait en image le chapitre 4 verset 18 : « Caïn connut sa femme ; elle conçut, et enfanta Hénoc. Il bâtit ensuite une ville, et il donna à cette ville le nom de son fils Hénoc ».

Dezallier d’Argenville se fit l'écho du succès de la création du Catalan : « Hyacinthe Rigaud vint à Paris en 1681, dans la vue de s’y perfectionner en voyant les ouvrages des excellents peintres qui composaient la célèbre Académie que le roi Louis XIV y avait établie au commencement de son règne. En 1682, il gagna le premier prix de peinture ; le sujet du tableau qu’il composa était le bâtissement de la ville d’énoch. Comme il est de règle que les Etudiants qui ont l’honneur de remporter le Prix, soit de Peinture, soit de Sculpture, aillent à Rome, en qualité de Pensionnaires, à l’Académie que le Roy y entretient, l’illustre M. Le Brun, Premier Peintre du Roy, ayant vu plusieurs portraits de ce jeune peintre et les trouvant au-dessus de son âge, lui conseilla de s’y appliquer entièrement. Le conseil d’un si grand Maître lui fit prendre le parti de renoncer au voyage d’Italie […] ».

Il nous précise également que l'artiste « reçut ce prix des mains du grand Colbert, la dernière fois que ce second père de l’Académie l’honora de sa présence. »

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan