KELLER Hans Balthasar

Catégorie: Portraits
Année : 1693

 

P.325

Âge du modèle : 55 ans

Huile sur toile
H. 43,5 ; L. 35,5. 
Zürich, Schweizerisches Landesmuseum. Inv. DEP 2935.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1693 pour 300 livres (ms. 624, f° 8 v° : « Mons[ieu]r Keller ») ; famille Keller von Steinbock.

Bibliographie :

Hulst/3, p. 175 ; Roman, 1919, p. 34 ; Roux, 1951, VII, n° 61, p. 324 ; Wüthrich et Ruoss, 1996, cat. n°796 ; Perreau, 2013, cat. P.325, p. 104.

Œuvres en rapport :

  • 1a. Gravé par Pierre Drevet, dans le sens du tableau, en 1699 selon Roman et en 1693 selon Huslt, « figure jusqu’aux genoux ; une main appuyée sur une pièce de canon et montrant de l’autre la statue équestre de la place de Louis le Grand, l’ouvrage de fonte le plus considérable qui eût été fait en France et que Keller coula d’un seul jet et sans la moindre non-valeur » : « Jean Baltazar Keller, - natif de Zurich en Suisse / Commissaire général des Fontes - de l’Artillerie de France. » Sous le trait carré : « Hyact Rigaud pinxit / P. Drevet sculpsit ». En bas : « A Paris chez Bliony, peintre Md. - d’Estampes, Cour du Manège ». Sous la statue de Louis XIV : « fondue en 1692. et / érigée en 1699 ». En bas à droite, marque à la plume : « 1702 ».
  • 1b. Gravé à l’identique de Drevet mais en contrepartie par Jean Jacques Kleinschmidt (1687-1772) : « Johannes Balthasar Keller – Figurinus Oeneorum tormen= / torum fusurae Curator – generalis apud Gallos. »  En bas à gauche et à droite : H. 47 ; L. 36,1.

Hans Johann Balthazar Keller vom Steinbock, dit Jean-Balthazar Keller, né en 1638 à Zurich et mort à Paris en 1702, est ici représenté dans toute la pompe de son poste de commissaire général des fontes de l’artillerie du roi et inspecteur de la grande fonderie de l’arsenal royal. Portrait « en petit » sur le modèle de celui de d’Hozier et décrit ainsi par Hulst : « figure jusqu’aux genoux ; une main appuyée sur une pièce de canon et montrant de l’autre la statue équestre de la place de Louis le Grand, l’ouvrage de fonte le plus considérable qui eût été fait en France et que Keller coula d’un seul jet et sans la moindre non-valeur ». Keller est ici représenté debout, une main appuyée sur un canon et montrant du doigt la statue de Louis XIV à cheval en empereur romain qu’il fondit en 1692 d’après Girardon afin d’orner la place Louis-le-Grand (actuelle place Vendôme) en 1699, alors en pleine restructuration par Boffard et Mansart. L’œuvre gigantesque disparut à la Révolution (13 août 1789) pour faire place à l’actuelle colonne commémorant les victoires napoléoniennes, œuvre des architectes Jacques Gondouin et Jean-Baptiste Lepère, à l'imitation de la colonne Trajane de Rome. Deux réductions en bronze de cette statue équestre (1692), l’une au musée du Louvre et l’autre au musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg nous fournissent encore d’utiles éléments de comparaison. La gravure de Kleinschmidt est l’exacte copie de celle de Drevet, mais en contrepartie. Voir une première effigie du fondeur en 1685.

Roman situait le tableau original à Versailles en suivant une ancienne attribution erronée et corrigée depuis en un portrait du sculpteur Pierre Mazeline (1632-1708) par Nicolas Alexis Simon Belle comme l’un de ses morceaux de réception à l’Académie en 1703 (MV3640).

Localisation de l´œuvre :

Zürich, Schweizerisches Landesmuseum, Switzerland

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan