MOLÉ Édouard Jean

Catégorie: Portraits
Année : 1682

 

*P.37

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1682 pour 44 livres (ms. 624, f° 1 v° : « Mons[ieu]r le président molé [le père] »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 3 [f], 4 ; Perreau, 2013, cat. *P.37, p. 66.

Copies et travaux :

  • 1682 : « Trois [copies] de m[onsieu]r le president molé » pour 132 livres (ms. 624, f°1 v°).

Malgré l’interprétation de Roman qui voyait ici le portrait d’Édouard Molé (pourtant mort depuis le 6 avril 1652), abbé de Saint-Paul de Verdun (1647), évêque de Bayeux (1649), trésorier de la Sainte-Chapelle à Paris, nous pensons qu’il faut plus probablement opter pour son frère, Édouard Jean Molé, seigneur de Lassy et de Champlatreux, qui meurt peu de temps après la confection de son portrait, âgé d’environ 72 ans.

Fils de Mathieu Molé (1584-1656), seigneur de Lassy et de Champlâtreux, président aux requêtes du palais, procureur général, président puis garde des sceaux et de Renée de Nicolaÿ. La famille des parlementaires Molé, originaire de Troyes, était l’une des plus célèbres maisons de la noblesse parlementaire, héritière d’un prospère commerce de draps depuis le milieu de XVe siècle. Fixée à Paris au XVIe siècle, agrégé à la noblesse par charges parlementaires depuis 1537, elle dut surtout son élévation à Mathieu Molé, premier président pendant la Fronde. Elle a donné sept présidents au parlement de Paris, un évêque au XVIIIe siècle, un premier ministre sous la monarchie de juillet, s’est alliée aux Cossé-Brissac, aux Nicolaÿ, aux Lamoignon, s’est éteinte dans la maison de Noailles mais est restée surtout de robe.

Premier président et garde des sceaux de France, notre modèle tint successivement les charges de conseiller au parlement de Paris (1637), maître des requêtes (1643), conseiller d’État, intendant de justice et président à mortier (1657), et mourut subitement le 6 août 1682, ce qui permet de dater son portrait probablement du printemps de cette année. Uni dès 1643 à Madeleine Garnier, qui succombà à une crise d’apoplexie dès le 18 juillet 1661, il eut six enfants dont Louis Molé (1638-1709), seigneur de Champlâtreux, dont nous retrouvons le portrait ainsi que celui de son épouse, Louise Bétauld, en cette même année 1682.

Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan