CAILLEBOT DE LA SALLE François de

Catégorie: Portraits
Année : 1690

 

*P.186 & *P.206

Âge du modèle : 37 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [buste]
Localisation actuelle inconnue.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1690 pour 115 livres (ms. 624, f° 5 v° : « Mons[ieu]r Labbé Delasalle ») ; réinscrit inscrit aux livres de comptes en 1690 pour 115 livres (ms. 624, f° 6, rajout de Hulst : « Mons[ieu]r l’Evesque de Tournay »).

Bibliographie :

Baillet, 1693, p. 306 ; Hulst/2, p. 151 [f] ; Roman, 1919, p. 21 [François de La Salle de Caillebot (1692-1705), aumônier du roi, évêque de Tournai de 1693 à 1705], 23 [Gibert de Choiseul], 24 ; Perreau, 2013, cat. *P.186, p. 84 [pour l'abbé Delasalle], cat. *P.206, p. 87 [pour l'évêque de Tournai] ; James-Sarazin, 2016, II, cat. *P.190, p. 68 [pour l'abbé François de la Salle] et *P.211, p. 76 [pour Gilbert de Choiseul, évêque de Tournai].

Copies et travaux :

  • 1690 : « Une [copie] de Mons[ieu]r. Levesque de Tournay » pour 57 livres et 10 sols (ms. 624, f°6).

Descriptif :

Bien que le portrait de l'évêque de Tournay n'ait pas été inscrit comme tel dans la liste des originaux de Rigaud, le correcteur des comptes de l'artiste, Hendrick van Hulst, en déduisit l'existence grâce à la production d'une copie par l'atelier, en 1690. Roman, proposa de voir dans le modèle Gilbert de Choiseul du Plessis-Praslin (1613-1689), en poste à Tournay depuis 1671 et peint par Rigaud dans la toute dernière année de sa vie. Il rejetait de fait la possibilité d'un portrait de son successeur, François de La Salle Caillebot (1653-1736), qui, disait-il, « ne fut nommé qu’en 1693 ». En réalité, La Salle avait été nommé à Tournai dès le 21 mai 1690. Après s'être démis de son abbaye de La Châtre (15 juillet 1690), il fut confirmé à l'évêché le 5 mai 1692 et ordonné le 31 août. Il s'y installera le 1er janvier 1693. Avec la réapparition du portrait de l'évêque par un élève de Rigaud, nous pensons aujourd'hui que le modèle se fit peindre en tant qu'abbé en 1690 avant de revenir dans l'atelier pour adapter son portrait en une effigie d'évêque.

« Ce Prélat, fort connu depuis par son opposition à la Bulle Unigeniius, abdiqua en 1705, & fit place à Louis-Marcel de Coetlogon, Evêque de St Brieu, qui étoit dans des sentimens tout diffèrens, & qui publia en 1716, un Maniement pour la réception de la Bulle Vineam Dimini. Ce dernier étant mort au printems de l'année fuivante, Louis XIV lui donna pour successeur M. de Beauveau »[1]. Aumônier du roi depuis le 14 avril 1686, Abbé commendataire de l'Abbaye Saint-Pierre de Rebais, baron et seigneur de La Chapelle, il démissionna en mars 1705 et décéda le 11 décembre 1736 [le 22 selon la Gazette de France] « meurt dans son abbaye [de Rebais] dans un âge très avancé » (Ibid.) »

Dans notre catalogue de 2013, pour la mention de l'abbé de La Salle, nous avions également émis l'hypothèse, en complément d'un possible portrait de François de La Salle de Caillebot, de celui de l'ecclésiatique et pédagogue Jean-Baptiste de La Salle (1651-1719).

 


[1] Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas de a principauté de Liège, et de quelques contrées voisines, tome XV, Louvain, 1769, p. 236.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan