POLIGNAC Scipion-Sidoine Apollinaire Gaspard de

Catégorie: Portraits
Année : 1688

 

*P.148

Âge du modèle : 28 ans

Huile sur toile
Dimensions inconnues [à mi corps]
Localisation actuelle inconnue

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1688 pour 337 livres et 10 sols (ms. 624, f° 4 v° : « Mons[ieu]r le marquis de polignac »).

Biblographie :

Roman, 1919, p. 16 ; Perreau, 2013, cat. *P.148, p. 79.

Scipion-Sidoine Apollinaire Gaspard (1660-1739), vicomte de Polignac (1692), marquis de Chalançon, était le fils de Louis-Armand (1608-1692), vicomte de Polignac, marquis de Chalançon, baron de Châteauneuf, Chevalier du Saint-Esprit (reçu le 31 décembre 1661) et de Jacqueline Grimoard de Beauvoir (1641-1721). Notre modèle, encore titré marquis en cette année 1688, futur lieutenant Général des Armées du Roy puis Gouverneur du Puy-en-Velay, épousera à Versailles, le 9 juillet 1709, Françoise de Mailly (1695-1758), fille de Louis de Mailly (1662-1699), seigneur de Rubempré et d’Anne-Marie de Saint-Hermine (1667-1734). À cette occasion, Saint-Simon raille : « La comtesse de Mailly maria sa dernière fille à Polignac, dont il aurait été le grand-père. Elle était fort belle, et ne tarda pas à montrer que Polignac n'était pas heureux en mariage, ni sa mère en éducations (Mémoires, 1709, VII, 12). » Le désormais vicomte était préalablement veuf de Marie-Armande de Rambures (morte en 1706), fille d’honneur de la Dauphine qu’il avait épousée le 22 avril 1686 et venait tout juste d’en avoir un fils, Louis-Armand de Polignac (1687-1693), alors titré marquis de Chalançon. Saint-Simon précise que notre modèle « était un petit bilboquet qui n'avait pas le sens commun, conduit et nourri par son frère le cardinal de Polignac, à vendre et à dépendre, qui était de tout temps de M. et de Mme du Maine, et leur plus intime confident (Mémoires, XIV, 15). »

Voir un second portrait en 1693 accompagné de son père ainsi que celui de son frère, le cardinal de Polignac en 1715.

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan