ESTAING, Joseph d'

Catégorie: Portraits
Année : 1696

 

P.474

Âge du modèle : 42 ans

Huile sur toile
H. 82 ; L. 62 cm
Collection particulière.

Historique :

Paiement inscrit aux livres de comptes en 1696 pour 140 livres (ms. 624, f° 12 v° : « Mons[onsieu]r l’évesque de S[ain]t Flour ») ; vente Paris, hôtel Drouot, Kahn et associés, 27 octobre 2010, lot. 46 (« portrait d'ecclésiastique attribué à Jean Jouvenet »).

Bibliographie :

Roman, 1919, p. 52 (tableau non localisé) ; Perreau, 2013, cat. *P.474, p. 124 (idem) ; James-Sarazin, 2016, II, cat. *P.497, p. 165 (idem ; 2003/2, cat. I, n°417, tableau non localisé).

Œuvres en rapport : 

  • 1. Gravé par Jean François Cars d'après Rigaud (mais sans nom d'auteur).

Descriptif :

Ce n'est que très récemment (en 2016) que nous avons proposé avec beaucoup de vraisemblance d'identifier le portrait d'un ecclésiastique passé dans la vente Kahn de 2010 comme celui de Joseph d’Estaing du Saillant du Terrail (1654-1742), évêque de Saint-Flour depuis le 3 janvier 1694. Bien qu'attribué à Jean Jouvenet, selon un ancien cartel apposé sur le cadre, la toile présentait en effet bien plus des caractéristiques des œuvres de Rigaud. La posture, récurrente chez de nombreux prélats peints par l'artiste dans les mêmes années — notamment celle du portrait de l'évêque de Laon, peint lui aussi en 1695 —, est appuyé dans notre attribution par la technique picturale même et le traitement symptomatique des carnations du visage que l'on voit chez Rigaud. La gravure de Jean-François Cars quant à elle, bien qu'éditée sans nom d'auteur pour son image, reproduit dans le même sens, et assez fidèlement, l'ovale de la vente Kahn permettant de lui redonner sa véritable identité.

Comte de Saint-Jean de Lyon, prieur de Saint-Irénée de Lyon, d'Estaing tiendra l'évêché de Saint-Flour jusqu’à sa mort, le 13 avril 1742, « âgé d’environ 88 ans », nous disent les différentes éditions du Dictionnaires biographiques. Farouche opposant aux Jansénistes, il gouverna son diocèse depuis Paris.

L’un de ses frères ainsi que son cousin furent également clients de Rigaud : le marquis du Terrail en 1689 [*P.159] et le comte d’Estaing en 1694 [*PC.355].

 

mise à jour : 5 mars 2020

Poser une question à propos de cette oeuvre
Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. Coll. musée d’art Hyacinthe Rigaud / Ville de Perpignan © Pascale Marchesan / Service photo ville de Perpignan